24h avant le départ – Pris la main dans le bidon de MOX

L’annonce du camp de Bricquebec contre le départ de Mox pour le Japon était donc un poisson d’avril.

Quoi de mieux que cette réunion de Nucléopolis le jeudi 28 mars aux Pieux pour lâcher quelques tracts et voir le poil de nucléocrates répugnants se dresser. Faire planer le spectre de ce camp à Bricquebec pour stopper le convoi de MOX, pouvait, on l’espèrait, les dissuader de mener leur sinistre besogne à son terme. Rappelons que, il y a deux ans, ce transport de MOX vers le Japon avait été annulé pour cause de catastrophe en cours à Fukushima. Areva n’étant pas à une marque de cynisme près, il n’aura fallu que quelques mois pour qu’elle s’autorise à reprendre son trafic mortifère. Pourtant, la totalité des centrales fonctionnant au MOX sont à l’arrêt au Japon et la majorité de la population japonaise refuse la relance du nucléaire. De plus, le MOX d’AREVA stocké dans les piscines en lambeau des réacteurs de Fukushima menace chaque jour ce pays d’une extinction et même le gouvernement japonais, pourtant lui non plus pas dénué de cynisme, refuse dans ce contexte de recevoir ce cadeau empoisonné.

En tout cas, une chose est sûre, les médias étaient bien contents d’avoir une info croustillante à se mettre sous la dent. Et hop, revoilà les « antinucléaires musclés de Stop Castor » prêts à dégainer leurs cagoules pour faire fuir le combustible irradié. Et ça va du Ouest-torchon au Figaro, en passant par le Nouvel Obs : « ils sont déjà 50 sur place » diront certains. Les voilà tous qui reprennent la même info, mettent le lien vers le site et, on l’imagine, rêvent déjà de sensationnelles images des « indignés du nucléaire » qui n’ont rien contre cette industrie mais « veulent en découdre avec les forces de l’ordre et veulent s’attaquer à l’ordre établi », dixit la sous-préfette de la Manche lors du camp de Montabot en juin 2012.

Et bien les charognards du spectacle se retrouveront le bec dans l’eau, et c’est non sans plaisir que nous voulons maintenant leur clouer le bec. Au moins, ils auront été contraints d’évoquer l’existence de ce transport qui serait sinon, resté beaucoup plus confidentiel. De cette initiative, nous pouvons nous enorgueillir d’avoir tiré les leçons du « spectacle de Valognes-2011 ». Les médias, eux, auront continué leur train-train quotidien du traitement sensationnel de l’actualité. Aucune recherche n’aura ainsi été menée pour savoir ce qu’il en retournait de ce projet de camp à Bricquebec. Il est clair pour nous que ce n’est pas un quelconque coup d’éclat devant les caméras qui permettra d’interrompre ce commerce de matière radioactive.

Ainsi, nous ne viendrons pas et nous ne ferons pas de camp à Bricquebec. Nous en avons soupé des rendez-vous donnés aux flics pour venir se jeter dans la gueule du loup. Nous savions pertinemment qu’un blocage réel du convoi allait devoir faire face à un déploiement policier et militaire encore plus conséquent qu’à Valognes en novembre 2011. Ne serait-ce que du fait qu’il s’agit d’un transport de plutonium, élément radioactif le plus dangereux et pouvant servir à l’élaboration de bombes. Nous savions donc que la répression face à une réelle intention de blocage ne pouvait qu’être désastreuse pour les militant-e-s. Rappelez-vous les dizaines de blessé-e-s, dont plusieurs gravement, du côté des militant-e-s anti-THT lors de l’action du 24 juin 2012 à Montabot.

Les succès et les échecs relatifs du renouveau de la lutte antinucléaire depuis deux ans ont créé une force et une expérience collective sur ce qui nous semble stratégiquement pertinent ou non d’organiser. Nous ne serons pas là où vous nous attendez. Les cibles sont nombreuses car l’industrie nucléaire possède quelques talons d’Achille : que ce soit ces transports, de MOX ou de toute autre matière radioactive, ou concernant la distribution de l’énergie et les pylônes.

Nous avons conscience qu’il est délicat de s’autoriser ce type de canular qui peut prêter à sourire alors que ce transport de MOX vers le Japon concerne l’avenir d’une population entière déjà condamnée à vivre en milieu contaminé et à compter les becquerels.

Mais, nous espérons que les militant-e-s antinucléaires comprendront qu’il n’était pas inutile de faire frémir M. Adolphe Colrat, préfet de la Manche, et sa clique de gendarmes. Il n’est pas interdit d’imaginer qu’ailleurs qu’à Bricquebec, le train-train quotidien du nucléaire sera perturbé. Notre détermination reste intacte.

Solidarité avec les anti-nucléaires japonais !

Le collectif Brique-Bec stop MOX

Posted in General | Leave a comment

LE MOX NE PASSERA PAS ! Appel au camp de Brique-Bec

Call out in English.

Areva a annoncé le prochain transport de combustible nucléaire MOX (mélange d’uranium et de plutonium) de la France vers le Japon, ce qui constituera la première livraison de ce type depuis l’accident de la centrale de Fukushima en mars 2011.

Le dernier transport maritime de MOX vers le Japon remonte à 2010, celui prévu au printemps 2011 ayant été repoussé après l’accident à Fukushima. L’envoi de MOX est destiné à Kansai Electric Power pour le réacteur de Takahama 3, aujourd’hui à l’arrêt. Il est à craindre que son démarrage soit imminent. Mais surtout, AREVA doit coute que coute refourguer son MOX que la dégradation du plutonium va bientôt rendre inutilisable comme combustible nucléaire.Il est intolérable de laisser AREVA poursuivre son ignoble commerce. Nous ne pouvons pas rester plus longtemps les bras croisés à regarder la catastrophe s’aggraver sans nous attaquer frontalement à l’industrie nucléaire et mettre des bâtons dans ses roues.

Nous avons su poser des gestes forts lors du transport Castor de novembre 2011 qui se dirigeait vers Gorleben en Allemagne, ainsi que dans la lutte contre la ligne THT Cotentin-Maine. Notre détermination n’a pas faibli d’un pouce et c’est fort.e.s de ces expériences que nous comptons entraver le bon déroulement de la machinerie nucléaire lors du transport des conteneurs de Mox par camion entre la Hague et le port de Cherbourg.

C’est pourquoi nous vous invitons à venir nombreux et nombreuses au camp à Bricquebec, afin de nous organiser pour empêcher le bon déroulement de ce transport. A Fukushima la catastrophe n’est pas terminée, nous ne nous résignerons jamais, ni ne ferons de compromis quant au cauchemar que nous inflige la société nucléaire. Comme il est inadmissible de pousser le Japon a redémarrer son industrie nucléaire, nous ne vous laisserons pas poursuivre votre infâme besogne dans le silence.

Ce transport scandaleux doit être annulé, que ce soit par la force ou la discussion.

QUE CRÈVE LE NUCLÉAIRE ET SON MONDE !

Rendez-vous à Bricquebec 24h avant le départ des camions du site d’AREVA à la Hague pour bloquer le transport de Mox à destination du Japon.

Contact : collectifbriquebecstopmox@riseup.net

BRIQUEBEC

 

Posted in General | Leave a comment

La carte de la route du MOX

 

Cette route est sujette à modification éventuelle de la part des autorités. Mais qu’elles ne se méprennent pas, quelque soit l’itinéraire : NOUS SOMMES PRET.E.S !

Version de la carte à télécharger pour impression.

BRIQUEBEC

Posted in General | Leave a comment

THE MOX ISN’T GOING ANYWHERE! Call out for an antinuclear camp in Bricquebec, Normandy.

Areva announced the next transportation of nuclear fuel MOX (mixed uranium and plutonium) from France to Japan, which will be the first delivery of this type since the accident at Fukushima in March 2011.

The last shipment of MOX to Japan was in 2010, the one planned for the spring of 2011 was postponed after the accident at Fukushima. The plan is to send MOX for Kansai Electric Takahama reactor 3 which is not running ; we therefore have to fear an imminent restart. But the main reason for Areva to ship this MOX is that it won’t be usable as nuclear fuel pretty soon as plutonium gets degraded. It is intolerable to allow AREVA to continue his vile trade. We can’t just stay around watching the disaster getting worse without addressing head-on the nuclear industry and putting a spanner in the works.

We know how to do things as we showed during the Castor transport last November that was heading to Gorleben in Germany as well as in the fight against High Voltage power liners (THT) in Cotentin-Maine. Our commitment has not wavered an inch and thanks to our previous experience we expect to hinder the smooth running of the nuclear transport machinery with containers of MOX by truck between The Hague and the port of Cherbourg.

That is why we invite all of you to come and to be as many as possible for the camp in Bricquebec to organise ourselves to prevent the smooth running of the transport. The Fukushima disaster is not over, we will never resign ourselves, nor will we compromise on the nightmare that has been inflicted by the Nuclear Society. As it is totally unacceptable to push for the restart of Japan’s nuclear industry, we will not let you continue your infamous task in silence.

This outrageous transportation must be cancelled, either by force or through discussions.

MAKE THE NUCLEAR INDUSTRY AND THEIR WORLD FALL APART!

Meet in Bricquebec 24 hours before the trucks leave from the AREVA site in La Hague to block the transport of MOX to Japan.

Contact: collectifbriquebecstopmox@riseup.net

Posted in General | Leave a comment